• Mon tableau d'évaluation de rédaction en 6e

     

    Il y a peu, j'essayais de clarifier et de rendre efficace l'utilisation de verbes de consigne standardisés en rédaction. Puis j'ai évoqué l'usage que je fais avec mes 6e d'un tableau d'évaluation inspiré du système des "ceintures" de la pédagogie institutionnelle. 

    Ce tableau, je l'ai conçu en début d'année et utilisé depuis avec tous mes 6e (et j'en ai un paquet cette année). Il est temps, en ce début d'année, de l'améliorer, au regard des réactions des élèves.

    Mais cette révision est aussi le

    résultat de ma prise de conscience de certaines autres exigences de cet exercice,  et d'une meilleure compréhension de ce qu'on peut demander à un élève à ce niveau, d'à la fois possible, exigeant et motivant. 

    Je vous en fais donc part. J'espère que c'en est la version définitive (mais Que sera, sera...)

     

      LE PLAN LES PHRASES LA LANGUE LE CONTENU
    Divin poète Une même idée est développée en plusieurs paragraphes.

    - Je joue avec l’ordre des mots et le rythme de la phrase.

    - J'utilise correctement les virgules.

    Je ne fais plus de grosses fautes de grammaire. Je fais des comparaisons, des métaphores, des énumérations...
    Brillant orateur Chaque idée a son propre paragraphe.

    - J’utilise les pronoms "qui, que, quoi, dont, où" et les prépositions adéquates.

    - Je m'exclame (!) et je m'interroge (?) quand je raconte.

    - Mes noms, verbes et adjectifs qualificatifs sont précis.

    - Je n'utilise pas "avec".

    - Mon texte provoque une émotion ou un sentiment général chez le lecteur.

    - J’explique pensées et émotions des personnages.

    Romancier à succès Mon texte est composé de paragraphes courts.

    - J'évite les répétitions avec "celui-ci, celles-ci, la sienne, les siens, les leurs, etc."

    - Je fusionne deux phrases en ne répétant pas le sujet du verbe.

    - Je choisis le bon temps des verbes, sans trop les mélanger.

    - Je ne dis pas "il y a".

    - Tout ce dont je parle est utile à la suite du récit.

    - J'utilise des détails descriptifs.

    Journaliste rigoureux Mon texte est composé de longs paragraphes.

    - J'utilise "et, mais, alors, soudain, puis" quand il le faut.

    - J'évite les répétitions avec "il/elle, ils/elles, le/la, les, lui, leur, en, y".

    - Je fais souvent attention aux accords et à la conjugaison. 

    - Je réfléchis systématiquement à l’orthographe des mots.

    - J'explique et je justifie les événements de l'histoire. 

    - Je ponctue correctement le dialogue.

    Écolier appliqué Mon texte est ordonné mais d’un seul tenant.

    - Mes phrases ont un sujet et un verbe. 

    - Je mets des points finaux à chaque phrase.

    Je segmente correctement mes mots. J’utilise le dialogue uniquement quand il le faut.

  • Commentaires

    1
    nlm76
    Dimanche 25 Janvier 2015 à 01:54

    Y a-t-il une règle quant à la longueur des rédactions selon le niveau de l'élève ? Autrement dit, limites-tu la longueur des rédactions des élèves les moins forts, afin de ne pas les pousser à la faute ?

    2
    Dimanche 25 Janvier 2015 à 14:52

    Salut nlm. (Je n'oublie pas que tu m'avais commenté mon billet précédent de manière précise : je m'en servirai prochainement.)

    Sinon, je préfère les laisser faire leur connerie une ou deux fois, puis je leur conseille de faire plus cours. Quelques-uns s'y sont mis. Surtout qu'ils n'ont qu'une séance pour rédiger (un brouillon préparé à la maison) : ils voient très vite qu'ils sont charrette s'ils ne préparent pas chez eux et s'ils prévoient d'écrire un roman. 

    Mais il y a les bons qui grattent comme des forçats pour me faire leur double page. La limitation en temps est pour eux un défi.

    3
    Mercredi 4 Février 2015 à 07:51

    Bonjour, 

    Evidemment notre cas est un peu différent, car mes enfants sont instruits à la maison jusqu'à la 6ème incluse. Pour ma part, j'ai toujours voulu avant tout, du primaire au collège, encourager le plaisir d'écrire (et de bien écrire), la joie de se faire apprenti écrivain, et cela a toujours très bien fonctionné. Dans notre classe maison, donc, pas de limitation drastique de temps ni de longueur. Je travaille un sujet sur 4 séances (1 fois hebdo, donc 1 mois), cela comprends le brouillon avec plan détaillé (dès le primaire), la rédaction, la saisie et correction , l'illustration ou insertions de documents (prétexte pour faire un peu d'informatique pour faire plaisir à l'inspecteur...). Lorsque l'enfant travaille son sujet, nous voyons ensemble si tout est pertinent, s'il y a des répétitions, si le lecteur n'est pas perdu etc...et ainsi procéder à des coupes ou des transformations. Bien souvent, nous sommes arrivés à des "mini livres" de quelques pages, illustrées, plastifiées et conservées, et lues au plus petits ! Quelle joie pour eux de lire et d'écrire ! Mon objectif est atteint! Quelle joie pour moi!

    Mais je comprends que dans le cadre d'une classe de 30, cela peut être différent...encore que...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :