• Les symboles visuels dans l'enseignement de la grammaire

    Chaque année, je constate la grande difficulté qu'ont certains élèves de 6e à reconnaître la nature des mots. Visiblement, ils les ont appris, mais les mots qui désignent d'autres mots semblent ne pas vraiment partie de leur vocabulaire usuel.

    J'ai donc cherché s'il existait des outils permettant de rendre plus familier l'usage des notions de « nom », « d'adjectif qualificatif », « d'adverbe », etc.

    Je suis tombé sur la technique mise au point par Maria Montessori au début du XXe siècle, consistant à associer à chaque nature de mot un solide, puis une forme plane (sans doute pour e, rendre plus aisée la manipulation).

    Pour voir une présentation de ce matériel pédagogique : http://sylviedesclaibes.com/2012/02/25/la-grammaire-ca-sapprend-tout-petit 

    Le moins que je puisse dire est que mon avis est mitigé.

     

    Ces outils ont des avantages certains.

    1° Ils permettent de rendre les mots plus concrets.

    Pour certains élèves de collège, peu au fait des bases de l'analyse grammaticale, les mots restent des notions très abstraites. Quand on analyse une proposition, on ne les considère pas comme des objets sonores, parfois même pas comme des objets signifiants. Il n'est pas inutile de les symboliser par des objets qu'on puisse voir, décrire, et manipuler.

    Certains, comme Antoine de La Garanderie, y verraient un grand intérêt en ce que ces objets sollicitent d'autres formes d'intelligence, notamment visuelle et kinesthésique.

    2° Les formes choisies permettent de constituer assez simplement un système des natures de mot.

    En effet, elles entretiennent des rapports entre elles. Elles changent de taille ou de couleur, ce qui permet de souligner le rapport entre le nom et le pronom (pyramides noires et pyramide violette à base étroite), le nom et ses adjectifs (des pyramides plus petites, bleu clair pour les articles, bleu foncé pour les autres adjectifs), mais aussi le verbe (grande boule rouge) et l'adverbe (petite boule orange).

    Un adjectif et un nom

    Chaque nature, ainsi symbolisée, porte en elle ce qui la relie à quelques autres natures qui « fonctionnent » pareil (noms et pronoms ont les mêmes fonctions), ou bien qui se rapportent les unes aux autres (noms, adjectifs, articles). La nomenclature visuelle fait système, ce qui constitue un apport réel au regard de la nomenclature lexicale, le plus souvent moins explicite.

    3° Le jeu des couleurs  apporte de la clarté.

    On pourrait trouver mille justifications au rouge du verbe (couleur dynamique, propre à l'action) ou au noir du nom (couleur statique, propre à la chose). Mais elles sont très subjectives et rencontrent des limites (Quid des verbes d'état ? Et des noms d'action?)

    L'intérêt de ces couleurs est surtout que dans les analyses de phrase, le verbe ressort vraiment très bien. On ne peut pas le manquer, non plus que les noms. Ils forment des sortes de pivots qui structurent véritablement la phrase au premier coup d’œil. Encore n'est-ce vrai que pour de courtes propositions. Quand la phrase s'allonge, je trouve que cela perd en clarté.

    Exemple d'analyse grammaticale Montessori

    Mais ces avantages ne font pas le poids face à de nombreux inconvénients, signe que Montessori, partant d'une idée judicieuse, n'est pas arrivée, selon moi, à en faire un outil satisfaisant.

    1° Tout d'abord, le choix des formes est assez arbitraire.

    Pourquoi le nom est-il une pyramide, pourquoi le verbe une boule ? Les Montessori disent que ces formes sont introduites aux élèves avec des explications qui justifient ce choix. La boule roule dans tous les sens, ce qui est censé mimer la notion d'action. La pyramide, elle, est stable, ce qui l'oppose au verbe.

    Je pense que le choix d'un pyramide étroite pour symboliser les pronoms est dû au fait qu'il a un rapport avec le nom, mais aussi au fait que son étroitesse fait de ce symbole une sorte de barrière qui marque le début d'une proposition. Le problème, c'est que cette forme est surtout utile pour les pronoms personnels en fonction de sujet, si l'on admet qu'ils sont au début de la proposition (dans le cas contraire, tout ce qui précède n'est pas sujet). Mais pour les autres pronoms (indéfinis, possessifs, etc.), cette fonction délimitatrice de la forme me semble moins pertinente.

    L'arbitraire du choix des formes est renforcé par le passage précoce d'une représentation des natures par des solides à une représentation par des figures planes. On perd alors toute la motivation du symbole du verbe, par exemple : le rond n'a pas forcément de raison de bouger, au contraire de la boule. Finalement, si l'on peut comprendre qu'une boule soit moins stable qu'une pyramide, on pourrait aussi penser qu'un triangle est plus dynamique qu'un rond...

    Il est donc à craindre que ces couleurs et ces formes ne soient qu'un moyen mnémotechnique, qui n'apporte rien en terme de compréhension. Les gestes Borel-Maisonny, eux, ont un rapport avec la manière de prononcer le son ou avec la manière de l'écrire. Le doigt qui se dresse en l'air mime la forme du « i », l'index et le pouce joints forment un rond qui imite l'écriture du « o », mais aussi la forme que prend la bouche quand on le prononce.

    i      o

    Si l'élève a appris à figurer les noms par des pyramides ou des triangles, en tirera-t-il pour autant une aide, au moment de l'analyse ? Il est plutôt à croire que c'est après avoir compris, par exemple, qu'un mot est un verbe, qu'il dessinera en dessous un petit rond rouge.

    Pour être tout à fait honnête, il y a des formes qui visiblement ont fait l'objet de justifications moins spécieuses, comme le croissant de la préposition, qui fait le « pont » entre les mots. Mais elles ne sont pas la majorité, et certains tableaux récapitulatifs des symboles grammaticaux ont de quoi rebuter.

    Nomenclature Montessori

    2° Les rapports existant entre les formes repose sur des présupposés grammaticaux parfois contestables.

    Par exemple, pourquoi associer aussi étroitement verbes (ronds rouges) et adverbes (ronds oranges) ? N'est-ce pas compliquer l'analyse des (nombreux) adverbes qui modifient autre chose qu'un verbe ? Il me semble que cette association peut constituer une fausse piste pour les élèves, condamnés par la suite à ne par voir le rapport entre l'adverbe, qui modifie des verbes, mais aussi des adjectifs et d'autres adverbes, et l'adjectif, qui ne qualifie que le nom.

    3° Les formes peuvent faire obstacle à l'imagination des choses.

    Je suis finalement assez dérangé par le fait de passer par des symboles visuels. En effet, la dimension sémantique des énoncés grammaticaux et de leur analyse devrait faire l'objet d'un travail d'imagination chez les élèves. Face à un exemple de grammaire, il faudrait s'imaginer une situation, une petite scène. J'ai peur que la représentation visuelles des natures par des formes géométrique concurrence ce travail de l'imagination, le court-circuite. 

    Chez Montessori, on privilégierait donc le rapport entre les mots, ce qu ne faciliterait pas la compréhension du rapport entre les mots et les choses.

    Ajoutons que le recours à la forme, si celle-ci est arbitraire, surcharge la mémoire au lieu de faciliter la compréhension. L'élève doit à la fois apprendre le mot et la forme.

    4° Les formes peuvent faire oublier d'employer les mots de la grammaire.

    J'ai aussi peur qu'ils court-circuitent la mémorisation auditive des mots de la grammaire ainsi que la réflexion sur le sens de ces mots. Il est indispensable de s'appuyer sur ce sens pour justifier l'analyse des mots. Ce mot « s'ajoute » au nom ? C'est un adjectif. Ce mot « joint » des propositions ? C'est une conjonction.

    En cela, les exemples d'analyse grammaticale n'ayant pas recours aux mots grammaticaux, et consistant à dessiner les formes colorées au-dessus des mots de la phrase, me semble poser problème. C'est comme si on demandait à un CP de dessiner sur sa feuille le geste Borel-Maisonny au lieu de le lui faire mimer en prononçant le son correspondant !


    Maria Montessori et ses émules parviennent très certainement à de bons résultats en grammaire. Le souci qu'ils lui portent, l'embryon de système mise en place par ce jeu de forme, la bonne habitude qu'ils ont de faire faire de l'analyse grammaticale, « l'accroche » sensible que constituent ces outils, tout cela est déjà bien plus efficace qu'un grand nombre d'autres procédés. Mais je ne peux m'empêcher d'y voir une méthode inaboutie.

     

    En tout cas, ces symboles visuels sont incomparablement meilleurs que ceux de la méthode « Réussir son entrée en grammaire ».

    "Réussir son entrée en grammaire"

    Les auteurs semblent avoir voulu inventer pour la grammaire quelque chose qui ressemblent aux figures du « Monde des Alphas », utilisés en primaire pour personnifier les sons de la langue.

    Les Alphas

    Mais contrairement aux Alphas, qui sont très bien pensés, et bien plus que chez Montessori, la conception de ces petits personnages semble complètement arbitraire. Aucun système n'émerge de leur juxtaposition, mis à part l'idée de mettre un chapeau au nom propre. Leur forme ne signifie rien, contrairement à la grammaire sensible de Montessori. On ne peut même pas en profiter pour faire de la géométrie, en étudiant les boules, les pyramides, etc. On a tenté de remédier à leur caractère trivial en ajoutant les initiales des natures de mots, ce qui montre bien que ces formes ne symbolisent rien.  

    On ne voit donc pas comment, mis à part l'accroche sensible, toujours utile pour de très jeunes enfants, ces figures peuvent réellement aider à comprendre les natures de mots et à se familiariser avec eux. 

    Il est donc possible d'imaginer de meilleurs supports visuels, plus utiles pour comprendre les natures, plus systématiques, plus intuitifs.
     


  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Décembre 2013 à 10:06

    Dans ma classe de petits de l'école élémentaire (GS, CP, CE1), j'utilise les couleurs, qui prennent moins de place que des symboles.

    Mais j'y associe toujours la terminologie grammaticale sinon ce sont toujours les plus faibles qui "trinquent" en arrivant à retenir que "saute", c'est rouge, mais en n'arrivant pas à dire que c'est un verbe.

    2
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 16:06

    J'associe moi aussi les natures à des couleurs au quotidien, toujours également en plus de la terminologie grammaticale exacte, mais j'ai prévu d'utiliser des personnages aussi, en espérant associer l'accroche affective au sens des notions.

    C'est ici, sur mon blog .

    Merci encore pour ces réflexions !

    3
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 16:44

    Merci Phi. Tu as raison de le signaler, d'autant que c'est ton article de blog qui m'a donné l'idée d'en faire un moi-même.

    Teamwork, baby !

    4
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 16:49

    Je te signalais surtout le second article (en lien) en fait, que je viens de poster et qui est inspiré des réflexions inspirées sur ton blog par mon article (je suis très très claire moi aujourd'hui) donc oui, travail d'équipe, on est trop forts !

    5
    le-professeur
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 18:14
    Autant pour moi. Je trouve tres bien ce que tu as fait. Je commente sur ton blog.
    6
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 08:43

    Je te signale un article des années 50.

    Je ne sais pas si ça pourra te donner des pistes :

    Le dessin et la couleur dans l'enseignement grammatical*, par CRESSOT, ROYER et ANDRE  

    7
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 12:55

    Merci, je vais regarder cela de près. 

    8
    Samedi 11 Janvier 2014 à 08:19

    Encore des docs...

    Il y a aussi la bonne méthode de dictée CP (JP Picandet et Elizabeth Spiering)

    http://www.lalibrairiedesecoles.com/medias/flipbooks/65/DicteeCP/index.html

    blogs :  http://ecole-neris-cp2013.blogspot.com/

    http://cuissart2.blogspot.fr/2012/08/initiation-la-grammaire.html

     http://lecpdamalthee2012-2013.blogspot.com/

    inspiré de Nouri et Bonnard

    https://picasaweb.google.com/113971903944667498490/GrammaireNouriBonnard

    9
    Lundi 29 Février 2016 à 19:22

    Tout est toujours perfectible, mais avec ces supports visuels (j'utilise surtout les symboles Montessori et les couleurs selon les fonctions), je constate de bien meilleurs résultats, même s'il faut surtout se baser sur le sens.

      • Lundi 29 Février 2016 à 20:15

        Je suis assez persuadé que l'usage des symboles grammaticaux Montessori aide à enseigner la grammaire. Je serais ravi de voir mes enfants les utiliser (ce n'est pas près d'arriver, malheureusement). 

        Il n'empêche qu'on peut trouver mieux, selon moi. 

    10
    lalabo
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 20:14

    Merci pour cet excellent rappel

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :